Wintergatan, la machine à méditer

Ce qu’il y a de bien en Suède, c’est qu’en hiver le soleil se couche tôt. De quoi vous laisser le champ libre de vous enfermer dans votre garage en pleine période de confinement par exemple. C’est ce qu’a fait pendant seize mois Martin Molin, musicien du groupe Wintergatan pour construire sa sculpture musicale. « A l’époque, j’étais très perfectionniste avec la musique. J’avais 2000 démos sur mon ordinateur mais je ne pouvais pas les finir. J’avais construit une résistance », raconte-t-il lors de notre rencontre au Music Tech Fest de Berlin. La construction de sa machine le motive. « Quand tu règles un problème, plus il est complexe, plus c’est amusant. »

Le résultat est une machine à billes de plomb programmable de près de deux mètres de haut à la mécanique complexe et rodée. Un travail d’ingénieur du son aussi, avec des micros qui enregistrent individuellement chaque instrument pour une production ultra léchée. Le procédé repose sur un engrenage, qui déclenche une roue, qui elle-même déclenche des billes (2000 en tout), qui jouent des notes lorsqu’elles tombent sur les différents instruments (batterie et caisse claire avec un dessous de verre et du riz, une basse, un vibraphone, etc.). Soit 22 morceaux qui peuvent être joués grâce à une équation compliquée qu’il détaille en vidéo. 

Pour en savoir plus sur les projets féeriques de Martin, voici un article de Makery : https://www.makery.info/2016/07/07/exclu-martin-molin-dit-tout-de-sa-marble-machine/et la page You Tube de Wintergatan : https://www.youtube.com/c/Wintergatan/playlists

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s